Comment fixer le prix de vente de mon terrain ?

fixer le prix de vente de mon terrain

Aucune règle ne fixe le prix de vente d’un terrain constructible. Il dépend de plusieurs facteurs. Et cette évaluation de valeur est un élément primordial qu’il ne faut pas dévaloriser ou surévaluer. Certes, il faut prendre en compte quelques critères avant d’établir le prix de vente d’un foncier. Voici quelques circonstances qui pourront aider.

En fonction de la localisation du terrain

Le prix d’un terrain à bâtir dépend en grande partie de sa localisation géographique. Aux voisinages des grandes villes par exemple, les biens constructibles se font plus rares. Et forcément, leurs prix sont plus élevés.

Contrairement aux terrains situés en pleine campagne qui sont plus abordables. La valeur d’un terrain varie également d’une ville à l’autre. En effet, le mètre carré à Bruxelles n’est pas négocié au même prix qu’un mètre carré à Bruges.

En fonction de la configuration du terrain

Si les parcelles sont instables ou qu’elles sont en pente, le vendeur devra alors réviser le prix de son bien à la baisse. En effet, les travaux supplémentaires sont susceptibles de dégrader le tarif du foncier.

C’est-à-dire que le futur propriétaire devra prévoir des actions de démolition avant de commencer à construire. Encore, si d’autres constructions sont présentes sur le bien, le terrain perdra une partie de sa valeur. D’autres informations sont disponibles sur le site https://vendre-un-terrain.be/.

Article qui pourrait vous plaire :  Installation de borne de recharge de voiture électrique en copropriété

le terrain à vendre

En fonction de la superficie du terrain

Plus le terrain à vendre est petit et plus son prix sera faible. Toutefois, il faut considérer un critère essentiel avant d’établir le prix : le degré d’occupation du terrain. Autrement dit, même si le bien est prêt à bâtir, il existe ce qu’on appelle le COS : le Coefficient d’Occupations des Sols.

Ce sera ce quotient qui va déterminer quelle surface sera vraiment constructible sur l’ensemble du terrain. Plus ce quotient sera astreignant, plus la valeur du terrain sera inférieure.

En fonction de l’environnement autour du terrain

L’environnement est une variable qui influe sur le prix d’un bien constructible. Certes, un terrain idéalement positionné va être plus cher que d’autres.

Les terrains placés à proximité d’écoles, transports en commun, hôpitaux, etc. vont être plus coûteux. Un terrain en lotissement et un terrain isolé présentent également un tarif différent.

En fonction des frais administratifs liés au coût

Avec l’estimation de la valeur d’un foncier s’ajoute une multitude de frais en plus qu’il faudra s’acquitter. Ces frais sont généralement à la charge du vendeur.

Il s’agit par exemple de l’honoraire du notaire, des frais d’agence, du droit de mutation, la taxe locale d’équipement, etc. Ces coûts peuvent être extrêmement dispendieux. D’où l’intérêt de réviser le prix de vente du foncier en fonction de ces coûts.

Article qui pourrait vous plaire :  Comment choisir le meilleur syndic de copropriété en Belgique ?

En fonction d’autres critères importants

À part tout ce qui a été mentionné, d’autres détails comme l’orientation et l’ensoleillement d’un foncier jouent également un rôle sur son prix de vente. La forme est aussi une variable qu’il ne faut pas méconnaitre.

Puisqu’à superficie égale, un terrain triangulaire sera moins coûteux qu’un terrain rectangulaire ou carré. Enfin, la végétation présente sur la surface influe aussi sur le prix de vente d’un terrain.